Brandelys, ou la belle aventure du Gerfaut 2e Tours

 Dans A la une !, Sur le terrain

Un week-end de patrouille comme tous les autres… du moins, c’est ce que tout le monde pensait !

Après une veillée homérique pour clôturer la journée, nous partîmes à la recherche de la Couronne du Prince grâce aux azimuts donnés par notre chère CP. Quelle ne fut pas notre stupeur lorsqu’à la place de la Couronne attendue, nous trouvâmes de vieux parchemins enrubannés sentant le renfermé et l’Histoire de France !

C’est dans la chaleur de la tente, en plein mois de décembre, que nous dépliâmes les manuscrits : DU LATIN ! Aucune de nous ne se sentait d’attrait pour cette langue oubliée et nos déclinaisons ne nous furent d‘aucune aide mais nos connaissances en matière de chiffre romains nous permirent de dater les feuillets. Le premier commençait en 1567 en plein tourment des guerres de religion et le dernier se situait en 1791 lors de la révolution française. L’Aventure nous attendait au tournant…

Pendant trois mois, un professeur de lettres anciennes nous traduisit les parchemins. C’était fabuleux ! Imaginez un cahier se transmettant de père en fils pendant deux siècles, témoignant de la vie et des événements de nos aïeux. Une famille : les Brandelys ! Philippe, Thibault, Charles, Yves, Bertrand, Guillaume, Guy, Henry, tous serviteurs de Dieu et du Roy. Une étrange énigme clôturait le tout : Le trésor est là où le Sud Ouest atteint ses limites, au plus profond du centre du domaine entier, il attend dans le tablier…

A croire que nous vivions une aventure de Signe de Piste incroyable…

Encore un mois pour parvenir à trouver le vieux domaine des Brandelys en campagne tourangelle : un week-end de mars nous vit camper dans les bois même où Philippe, Bertrand
et les autres chassaient à courre il y a plus de deux cent ans de cela. Un tablier ? La belle affaire ! heureusement que la HP s’était renseigné pour savoir ce que signifiait ce terme en
architecture car à la fin du week-end, après avoir tenter de descendre dans le vieux puits, d’escalader le pigeonnier, d’explorer les caves, nous découvrîmes une pierre scellée au fond
de l’ancien four à pain. IV NE ! C’était limpide : 4 lieues au Nord Est. Euh… 4 lieues ? Ca fait combien de kilomètres ? Nouvelles recherches : 4 x 4 = 16kms ! Penchées sur la carte, compas en main, nous trouvâmes le lieu du prochain week-end : l’ancienne Collégiale des Roches Tranchelion !

Coucher de soleil sur les ruines magnifiques et lampe torche en main, nous nous lançâmes dans une exploration approfondie des grottes… Nos cœurs cessèrent de battre lorsque nous aperçûmes la Fleur de Lys gravée dans la pierre. Sous les cris, les pleurs et les rires, nous mîmes au jour une très vieille pochette en cuir stylisé cousue main. Le trésor des Brandelys était là devant nous ; le fruit de plusieurs week-end acharnés à sa recherche, une année presque entière pour se retrouver à six dans une vieille collégiale : entre autres un
missel en poussière, de la vieille argenterie familiale, une pibole de chasse et la plume que Thibault utilisait pour écrire… C’était irréel et trop beau pour être vrai.

Devant le porche écroulé, torches fumantes à la main et capes volantes, la HP dévoila la vérité à la patrouille médusée. Un Grand Jeu sur l’année, des vacances entières sacrifiées à l’écriture des
parchemins et au vieillissement des feuilles, une organisation grandiose pour ne pas dévoiler le Secret ! A celles qui l’ont vécu, il leur sera difficile de l’oublier !

HP du Gerfaut, IIème Tours
Alix G. et B.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Contacter l'équipe nationale éclaireuses par mail

Ce n’est pas lisible ? Changer le texte captcha txt

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher