Fini, les pâtes qui collent et le lait plein de cendres : bienvenue chez le Cougar 2e Soissons!

 Dans Récits des patrouilles Altaïr, Sur le terrain

La gamelle bout tranquillement sur un foyer polynésien, les carottes sont râpées et assaisonnées, et les maniques sont à portée de main : vous êtes dans le coin cuisine du Cougar après une année d’effort dans ce domaine. Fini les pâtes qui collent et le lait plein de cendres, bienvenue au véritable art culinaire ! En effet, depuis Septembre, la patrouille a choisi de s’engager dans la Mission Altaïr cuisine, un véritable défi qui nous a invité à toutes nous dépasser.

Au bout d’une année, les progrès ont été considérables en technique : découper une volaille, allumer un feu, gérer à tour de rôle une intendance, ou réaliser un repas trappeur, tout cela n’a plus de secret pour nous. Mais plus encore, nous avons le plaisir de bien manger, vite, chaud et équilibré. Et ce ne sont pas nos cheftaines invitées pour notre chef d’œuvre culinaire qui vous diront le contraire.

De plus, chacune de nous sait à présent installer un coin cuisine : un vaisselier, une table à feu, un plan de travail et même un four ! Quel plaisir d’y préparer un tiramisu (et oui, c’est possible, même aux guides), ou d’y utiliser nos maniques cousues main.

Evidemment pour un tel résultat, certaines difficultés sont survenues pendant l’année. Il nous a fallu organiser un certain nombre de week end, pour remplir nos critères de campisme et réussir à explorer tous les recoins du badge cuisine en patrouille. La construction du four était une première pour quasiment toute la patrouille et même si elle s’est faite sous la pluie, les guides y ont pris un grand plaisir. Le camp de Pâques a servi à vérifier nos compétences en froissartage mais également à se prouver que nous étions capables de bien manger pendant trois jours en organisant nous-mêmes notre intendance.

Nous avons fait l’effort à chaque fois de choisir des menus nouveaux et variés pour cuisiner toutes sortes de plats : du poisson aux viandes en passant par les crudités et les desserts. L’un des repas que nous avons préféré est assurément notre repas trappeur avec délicieuses brochettes de dinde, pommes de terre sous la cendre et bananes au chocolat. Les croques monsieur furent également une réussite.

Ce projet cuisine nous a rendues plus curieuses, les cheftaines n’oublieront certainement pas nos lardons flambés, ni notre défi culinaire sur le thème de l’Italie (où nous avons campé cet été). Ce dernier a été testé en patrouille avant de le servir pour garantir le résultat. La gestion de l’intendance (il a été servi pour 14 personnes) fut un gros investissement de la part de toutes.

Par ailleurs, la Mission Altaïr a eu le mérite de nous faire progresser ailleurs qu’en cuisine : deux secondes classes, une première classe, deux promesses et de nombreux badges et brevets majeurs supplémentaires en témoignent. La cuisine a d’ailleurs ouvert des vocations : notre PA cuisine prépare son badge art culinaire pour l’an prochain, et l’élaboration du carnet de recettes nous a permis de tester de nouvelles recettes chez nous, pour le plus grand plaisir de nos familles.

Enfin, Marie Véronique, une nouvelle de 12 ans, est venue passer deux jours de camp avec nous, s’associant avec joie aux services, veillées et encore une fois aux temps de cuisine. Elle est enchantée par le scoutisme et nous espérons toutes la revoir l’an prochain.

Nous sommes donc très heureuses de nous être lancées dans ce projet. Il nous a pris du temps, nous étions même parfois découragées de ne pas y arriver, mais nous sommes désormais plus liées d’avoir triomphé de ce défi.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Contacter l'équipe nationale éclaireuses par mail

Ce n’est pas lisible ? Changer le texte captcha txt

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher