La 2e Chamalières vise la qualification “compagnie montagne” d’ici mai

 Dans A la une !, Sur le terrain

Bénédicte, peux-tu nous présenter ta compagnie ?

La 2ème Chamalières compte 5 patrouilles, de 5 ou 6 guides : Isard, Once, Ocelot, Puma et Gerfaut, cette dernière étant une ancienne PL d’Aurillac. Les guides sont très éloignées les unes des autres : d’Aurillac à Vichy. Les patrouilles sont petites car c’est plus facile pour une CP de gérer 6 guides en montagne que 8, surtout que certaines sont très jeunes. Et c’est ainsi plus facile de recruter une nouvelle guide !

Compagnie 2e Chamalières

Tu parles de montagne… quelle est la spécificité de la 2ème Chamalières ?

La compagnie est « aspirante montagne » : nous souhaitons devenir « compagnie montagne », mais nous devons prouver que nous en sommes capables. Il faut 18 mois à une unité pour travailler sa technique et atteindre le niveau qui lui permette de faire réellement du scoutisme en montagne. L’année dernière, les 2 compagnies de Clermont-Ferrand ont commencé à se former ; cette année, nous avons regroupé toutes les guides motivées par la montagne en ouvrant la 2ème Chamalières. Nous espérons donc être reconnues « compagnie montagne » en mai.

Qu’est-ce que cela change concrètement dans le quotidien de la compagnie ?

Il y a en effet quelques petits changements, en hiver particulièrement : on ne peut pas faire de rassemblement en pull, la jupe-culotte n’est pas adaptée à la neige, il y a toujours un peu de marche dans les week-ends, les horaires sont adaptés, nous prenons des tentes igloos pour des questions de poids, de température et d’imperméabilité …

Mais en réalité, la différence principale est que les techniques de campisme, de topographie-orientation et de sport doivent être beaucoup plus maitrisées ! Pour les CP, la préparation des activités doit être plus rigoureuse et anticipée (ce qui les fait parfois râler, mais elles en voient l’utilité !), la réglementation parfaitement respectée.

Y a-t-il des formations, des entrainements, exercices particuliers ?

Pour les cheftaines, les formations nécessaires sont d’abord les CEP, de préférence montagne, comme celui qui aura lieu à Noël. Il est demandé en plus à une partie de la maitrise de se former par elle-même sur la montagne, de faire quelques formations proposées par le CAF* ou la FFME*. Ceci ne nous donnant en général pas les qualifications suffisantes pour encadrer les guides, nous devons nous arranger avec des personnes qualifiées pour pouvoir faire plus de 2h de raquettes, de l’escalade…

Pour les guides, l’entraînement n’est pas bien compliqué : chacune doit avant tout apprendre à faire un sac avec le nécessaire, mais rien de plus, et à bien le charger ! La marche devient alors plus facile. Bien qu’avec du vent nous fouettant avec un mélange de neige et d’eau, ca peut-être difficile pour tout le monde ! Nous nous entrainons donc à marcher avec un sac à dos, petit à petit, un peu chaque week-end.

WE de HP

WE de HP

Et pour parler d’exercice, c’en est un excellent que d’allumer un feu sur la neige, d’aplatir la neige, de couper du sapin pour ensuite monter la tente dessus, …sans parler de l’abri jurassien !

Enfin, chaque guide doit savoir se servir de sa boussole, d’une carte et d’un altimètre !

Les patrouilles doivent-elles investir dans du matériel spécifique ?

2e-chamalieres-montagne4Oui, essentiellement des tentes igloo et des pelles à neige ; pour le reste (kit arva pelles sonde, cordes, baudriers, mousquetons, casques…), on essaie d’emprunter le plus souvent, on loue parfois. Mais il y a surtout l’équipement personnel : chaque guide doit avoir des chaussures imperméables, un bon manteau, un pantalon pour l’hiver, un duvet qui leur permet de dormir même quand il fait -5°C et, si possible, une paire de raquettes.

 

Y a-t-il des différences d’uniforme ?

L’uniforme ne change pas, il ne fait que s’adapter aux conditions hivernales : un pantalon d’alpinisme, une polaire, une veste et un bonnet blanc. En dehors de l’hiver, c’est bien sûr jupe-culotte et béret !

Des activités en montagne, n’est-ce pas trop difficile pour des filles ?

2e-chamalieres-montagne1Non, les guides me l’ont déjà prouvé ! Il est vrai que certaines fois (et c’est toujours sur les week-ends de HP !), la météo n’aide vraiment pas. En escalade, la souplesse et la technique permettent de passer des voies difficiles. Le plus gros défi de la montagne reste le froid, les meilleurs remèdes sont de bien s’équiper et de ne jamais rester inactif : il n’y a pas de raison que ce soit plus difficile pour une fille!

Toutes les guides sont-elles déjà montagnardes ?

Pas du tout ! Et le peu de connaissance qu’elles ont de notre massif est même assez étonnant. Mais elles apprennent : c’est ce qui est important. Les plus âgées vont acquérir cette année une certaine connaissance qu’elles vont transmettre, et chaque année il faudra transmettre aux nouvelles… mais ce n’est que le principe de la patrouille !

J’imagine que le sens de Dieu est particulièrement présent au cœur de la montagne ?

2e-chamalieres-montagne2En effet, la montagne est un lieu privilégié pour la prière : plusieurs fois dans l’Evangile, Jésus y monte pour prier. On peut aussi penser à la Transfiguration ou à Moïse qui reçoit les 10 commandements. De plus, quand on monte, c’est difficile : c’est comme une ascension vers Dieu. Une fois en haut, devant les paysages magnifiques, on ne peut que louer et remercier Dieu de nous avoir donné une nature si belle. Souvent, au sommet des montagnes, on trouve une chapelle ou une croix qui nous rappelle la toute puissance de Dieu ainsi que son amour.

En quoi le camp d’été sera-t-il différent ? 

Nous avons déjà campé en altitude l’an dernier, et nous allons essayer de le faire à nouveau cette année. Il faut faire attention aux températures qui peuvent être plus proches de l’hiver que de l’été, aux itinéraires d’exploration qui doivent être plus travaillés. Nous ferons surement un petit raid de compagnie vers un sommet.

Qu’espèrent les guides en se lançant dans cette aventure ?

Les guides veulent découvrir la montagne, sa beauté, ses joies ! Elles sont heureuses quand elles se dépassent. Certaines sont contentes de faire ensemble deux activités qu’elles apprécient, le scoutisme et la montagne. Pour les autres, c’est l’occasion inespérée de découvrir un nouvel univers. C’est un scoutisme plus exigeant, mais qui leur procure de la joie et les fait grandir.

2e-chamalieres-montagne3

Bon courage à la 2e Chamalières dans cette belle aventure, nous attendons des nouvelles de votre qualification !

 

* CAF Club Alpin Français * FFME  Fédération Française de Montagne et d’Escalade

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Contacter l'équipe nationale éclaireuses par mail

Ce n’est pas lisible ? Changer le texte captcha txt

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher